Menu

Statut

Vous n’êtes pas connecté·e.



VAE

17 janvier 2018

Article par CAF.fr

http://www.caf.fr/allocataires/vies-de-famille/jeune-ou-etudiant/vie-active/vae-un-tremplin-pour-l-avenir

Mettre à profit son expérience professionnelle ou bénévole pour obtenir une certification et évoluer dans sa carrière, tel est l’objectif de la validation des acquis de l’expérience (Vae). Explications.

Accessible à tous, quels que soient l’âge, le statut et le niveau de formation, la validation des acquis de l’expérience (Vae) s’appuie sur la pratique et les savoirs développés tout au long de la vie active. Le but : obtenir un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (Rncp).

« Depuis peu, la Vae est ouverte à toute personne justifiant d’un an d’expérience (Ndlr : trois ans auparavant), rappelle Anne Meyer, conseillère d’éducation populaire et de jeunesse à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (Drdjscs) du Centre-Val de Loire et du Loiret. C’est cependant une démarche qui implique un travail de réflexion et d’analyse pour justifier que les compétences requises sont acquises et transposables à d’autres situations professionnelles. Ce n’est pas une conversion automatique. »

Pour certains, la Vae permet de mettre en cohérence leur certification et leur niveau de responsabilités. Pour d’autres, il s’agit de faire reconnaître leurs compétences pour évoluer professionnellement, ou encore de développer leur confiance en soi…

La Vae commence par l’étape de la recevabilité. Il s’agit de remettre un dossier administratif, selon le diplôme visé, à l’organisme certificateur adapté (ministère, chambre consulaire, organisme de formation, branche professionnelle…). Ce dernier décide des compétences et connaissances exigées et des modalités d’évaluation des certifications dont il est responsable.

« C’est un travail de réflexion et d’écriture important »

Quand le dossier est dit recevable, le demandeur peut alors bénéficier d’un accompagnement méthodologique qui lui permettra de débuter la phase principale : le dossier de validation. Cette aide lui permet d’analyser ses pratiques et de les décrire pour démontrer qu’il a acquis les compétences requises. « C’est un travail de réflexion et d’écriture important », prévient la conseillère. Dans certains cas, le dossier de validation peut être complété par des mises en situation et des entretiens avec le jury.

A l’issue de ce travail, le jury, composé a minima de 25 % de professionnels, étudie le dossier : il peut valider totalement ou partiellement la Vae ou encore la refuser. « En cas de refus ou de validation partielle, le demandeur peut recommencer ou poursuivre la démarche pour obtenir la certification », explique Anne Meyer. A vous de jouer !

Categories: Espace adhérents, Presse